Chirurgie endocrinienne

La chirurgie endocrinienne est une spécialité de la chirurgie générale qui s’occupe du traitement chirurgical des pathologies des glandes endocrines, lesquelles représentent un système d’organes étroitement liés qui contrôlent, d’une part, de nombreux processus métaboliques et, d’autre part, le bilan énergétique des cellules du corps à travers la production d’hormones spécifiques. L’hypophyse, la thyroïde, les parathyroïdes, les surrénales, le pancréas et les gonades (ovaires chez les femmes, testicules chez les hommes) sont les principales glandes endocrines.

Quand une intervention chirurgicale est-elle nécessaire?

La thyroïde peut parfois être concernée par la formation de nodules isolés dont l’origine doit toujours être recherchée afin d’exclure un cancer. Les nodules thyroïdiens sont très communs et la majeure partie d’entre eux est de nature bénigne. Toutefois, même les nodules de nature bénigne peuvent nuire à la santé, car en grossissant l’espace qu’ils occupent augmente au détriment des organes voisins. En cas de grossissement visible de la thyroïde (connu sous l’appellation de goitre), la trachée peut être déplacée et causer des difficultés respiratoires au patient. En résumé, l’intervention chirurgicale devient nécessaire lorsqu’on soupçonne la présence d’une pathologie maligne ou en cas de nodules de grandes dimensions.

L’augmentation de la production d’hormones thyroïdiennes par des nodules indépendants (adénome autonome) ou par toute la thyroïde (maladie de Basedow) provoque une hyperactivité liée à divers symptômes typiques de cette condition (perte de poids, augmentation de la fréquence cardiaque, inquiétude). Dans ces cas, une thérapie pharmaceutique ayant pour but de limiter la production des hormones thyroïdiennes est indiquée. Toutefois, la chirurgie s’avère souvent nécessaire pour le traitement définitif de ces symptômes.

Les pathologies traitées

Citons parmi les pathologies les plus fréquentes traitées par la chirurgie endocrine:

  • Goitre thyroïdien: il s’agit là d’une pathologie thyroïdienne fréquente, caractérisée par une augmentation volumétrique de la glande thyroïde. Elle peut être de type diffus ou nodulaire, définie « uninodulaire » si un seul nodule est présent ou « multinodulaire » si plusieurs nodules sont présents. Dans chacun de ces cas, la glande peut fonctionner de manière normale, augmentée ou réduite. Le goitre multinodulaire est le résultat d’un stimulus chronique et continu de la thyréotrophine (THS), l’hormone qui stimule la thyroïde et qui en provoque l’agrandissement. Pour les goitres de grandes dimensions qui causent des symptômes de compression, un traitement chirurgical peut être indiqué afin de corriger le tableau pathologique de façon rapide et radicale.
     
  • Tumeurs malignes de la thyroïde (cancer papillaire, folliculaire, médullaire ou anaplasique), des parathyroïdes, des surrénales (cancer corticosurrénal, phéochromocytome malin) ou du pancréas (gastrinome, glucagonome).
     
  • Maladie de Basedow: il s’agit d’une maladie auto-immune qui comporte une production excessive d’hormones thyroïdiens (hyperthyroïdie). Cette maladie est souvent accompagnée d’un agrandissement de la glande thyroïde (goitre) et d’une ophtalmopathie (une pathologie des yeux qui peut causer une saillie anormale des globes oculaires vers l’extérieur et endommager la vue). Lorsque cette maladie apparait pour la première fois, une thérapie à base de médicaments (p. ex. à base de néo-mercazole) est prescrite afin de régulariser la fonction thyroïdienne. En cas de rechute après l’interruption de la prise de médicament, le tissu thyroïdien doit être complètement éliminé afin d’interrompre la réaction auto-immune. Une opération est particulièrement indiquée pour les patients frappés également d’ophtalmopathie et de goitre, ainsi que pour les patientes qui prévoient une grossesse.
     
  • Hyperparathyroïdie: il s’agit d’une condition caractérisée par un excès d’hormones parathyroïdiennes (parathormone – PTH) dans le sang. Le PTH est produit par les parathyroïdes, quatre glandes de la dimension d’une lentille, qui se trouvent derrière la thyroïde. Cette hormone règle les niveaux de calcium dans les tissus et dans le sang. La production incontrôlée de PTH de la part d’une ou de plusieurs parathyroïdes cause une augmentation des niveaux de calcium dans le sang (hypercalcémie). Les symptômes les plus communs sont la fatigue, les troubles de l’humeur, les douleurs articulaires et l’ostéoporose. La chirurgie est le traitement de choix.

Techniques opératoires

Outre l’approche chirurgicale traditionnelle, un nombre croissant de procédures chirurgicales effectuées sur la thyroïde, la parathyroïde, les surrénales et le pancréas est réalisé grâce à des techniques mini-invasives endoscopiques, telles que la MIVAT (thyroïdectomie mini-invasive vidéo-assistée) et la MIVAP (parathyroïdectomie mini-invasive vidéo-assistée). Ces techniques prévoient une petite incision au niveau du cou par où introduire l’endoscope qui est doté d’une caméra et de l’instrument qui permet d’exécuter l’endoscopie. Le chirurgien visualise la situation interne sur un écran et opère en conséquence. En cas d’opération chirurgicale de la thyroïde, les interventions endoscopiques sont généralement réservées aux cas où le diamètre des nodules à enlever ne dépasse pas 3 cm.

La chirurgie mini-invasive présente pour le patient des avantages très importants, non seulement pour ce qui est de la réduction de la douleur postopératoire et de la durée d’hospitalisation, mais aussi du résultat esthétique grâce à une visibilité moindre des cicatrices produites par l’intervention.

Médecin

  • Veuillez sélectionner une clinique de votre choix pour consulter la liste complète des médecins.

Clinique avec cette spécialité

Contactez-nous