Chirurgie thoracique

La chirurgie thoracique prend en charge les maladies et les accidents de la cage thoracique et de ses organes, hormis le cœur, l’aorte et l'œsophage. Les transplantations pulmonaires, quant à elles, relèvent des centres universitaires.

Les domaines du chirurgien thoracique

Ils sont plus, à proprement parler, le diagnostic et le traitement chirurgical des traumatismes et des maladies des poumons, de la cage thoracique et du médiastin. Celles-ci comprennent notamment les cancers (le cancer du poumon est la maladie oncologique la plus mortelle au monde), les métastases pulmonaires, l’emphysème, les abcès du poumon, les maladies de la plèvre, les difformités et malformations thoraciques (thorax en carène, en entonnoir).

Par exemple :

-      Pour les traumatismes thoraciques, le chirurgien doit parfois stabiliser des fractures de côte en série ou un volet thoracique.

-      La chirurgie pleurale concerne les épanchements pleuraux, les pneumothorax : talcage, décortication, pleurodèse. Et la sympathectomie thoracique indiquée en cas de transpiration excessive des mains.

-      La médiastinoscopie permet de biopsier des ganglions hypertrophiés ou une masse suspecte.

-      Les lésions pulmonaires sont traitées par une exérèse simple (résection wedge) ou par segmentectomie, lobectomie ou bi lobectomie, voire pneumonectomie. Peuvent être associées à ces gestes une reconstruction de la paroi thoracique, une résection anastomose de la bronche et/ou de l'artère. Les pathologies traitées concernent en premier lieu le cancer, la chirurgie complète si elle est possible reste le seul traitement curatif. Et aussi les métastases par exemple d’un cancer colorectal.

Les techniques utilisées

Grâce aux perfectionnements constants de la médecine et de la chirurgie, le chirurgien thoracique dispose aujourd’hui de techniques modernes comme la chirurgie au laser et la chirurgie thoracique mini-invasive, la thoracoscopie (encore appelée « chirurgie par le trou de serrure »).

La thoracoscopie

Cette approche minimale invasive permet d’atteindre la cavité thoracique à l'aide d'une petite caméra et d'instruments chirurgicaux longs et fins. L’intervention nécessite plusieurs petites incisions de 2 cm de long. Cette technique s’effectue actuellement pour traiter de nombreuses affections. Elle ne laisse que de minimes cicatrices. L’hospitalisation est plus courte et la douleur postopératoire est moindre par rapport aux mêmes gestes effectués par chirurgie conventionnelle.

Mais parfois il doit avoir recourt à des techniques plus traditionnelles.

La thoracotomie

Désigne une intervention chirurgicale qui consiste à ouvrir la cage thoracique au moyen d’une longue incision entre deux côtes. Elle se pratique pour certaines interventions conséquentes. La mobilité au niveau de l’épaule et des bras n’est pas atteinte et l'incision n’est pas invalidante. La mise en place avant l’opération d’une anesthésie locale par un cathéter péridural est généralement utile. Les douleurs ressenties après l’opération sont semblables à celles liées à une côte cassée. Une gêne au niveau de la paroi thoracique opérée peut être ressentie, mais disparaît après quelques semaines.

La sternotomie

 C’est une opération chirurgicale visant à ouvrir le sternum, os plat situé au milieu de la cage thoracique, sur lequel viennent s'attacher les côtes. Cette intervention permet d’atteindre la région médiastinale en regard du cœur et par exemple de réaliser une thymectomie lors d’une atteinte pathologique du thymus. A la fin de l’opération, les deux parties sont refixées par des fils métalliques. Cette opération est en principe bien tolérée et les activités sportives peuvent ensuite être reprises dans un délai de deux mois environ.

Le drainage thoracique

Après toute incision à travers le thorax, un ou deux drains sont installés dans la cavité thoracique pour drainer les liquides ou l’air résiduels. Ils sont normalement enlevés après quelques jours.

Le service de chirurgie thoracique travaille en étroite synergie avec d'autres services

  • le service de pneumologie - investigations et suivi post-opératoire
  • le service d'anesthésie, 
  • le service de radiologie interventionnelle,
  • le service d'oncologie
  • le centre de physiothérapie respiratoire.
  • le srevice de chirurgie viscérale

Enfin elle nécessite un environnement technologique complet.

Médecins

  • Veuillez sélectionner une clinique de votre choix pour consulter la liste complète des médecins.

Contactez-nous