Chirurgie vasculaire

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité et la première cause d’invalidité dans les pays industrialisés. Le système cardiovasculaire est un système complexe aux multiples rôles comprenant le cœur, les artères, les veines et les lymphatiques. Il transporte le sang et donc l’oxygène vers les différents organes. Il intervient aussi dans l’immunité, la thermo régulation, la diffusion des hormones et il permet l’élimination des déchets.

Les maladies vasculaires étant des maladies chroniques et évolutives il est impératif d’en assurer le suivi régulier.

Qu'est-ce que la chirurgie vasculaire?

La chirurgie vasculaire est la spécialité chirurgicale consacrée à tous les vaisseaux du corps humain, à l'exclusion des vaisseaux intracrâniens et des vaisseaux du cœur, les artères coronaires qui sont du domaine de la chirurgie cardiaque.

La chirurgie artérielle

Elle traite, comme son nom l’indique, les lésions des artères qui sont d’origine athéromateuse dans plus de 90% des cas et siègent préférentiellement au niveau des bifurcations.

Les quatre facteurs de risque majeurs de l’athérosclérose en plus de l’âge, du sexe et de l’hérédité sont : le tabac, le diabète, l’hypercholestérolémie et l’hypertension artérielle. 

Ces lésions peuvent être des rétrécissements (sténoses) ralentissant le flux sanguin, des occlusions (thromboses) responsables de l’ischémie aigue d’un territoire artériel (manque brutal d’oxygénation), ou des dilatations appelées anévrismes, voire des dissections. Après l’interrogatoire et un examen clinique complet le bilan repose en premier lieu sur l’échodoppler avec notamment le calcul de l’index ABI (index bras-cheville)

 Selon la pathologie (type et localisation de la ou des lésions), mais aussi en fonction du patient (âge, antécédents…), le chirurgien procède:

  • soit à une chirurgie classique (en ouvrant l’artère) : endartériectomie ou pontage.
  • soit il utilise des techniques endovasculaires, angioplasties avec ou sans recanalisation et/ou stenting, en faisant pénétrer à l’intérieur du vaisseau: ballons, stents, endoprothèses, qui permettent de le traiter sans l’ouvrir. Il s’agit dans ce cas d’une chirurgie mini invasive per cutanée.

Dans tous les cas le traitement chirurgical sera associé à un traitement médical avec contrôle des facteurs de risque notamment l’arrêt du tabac, amélioration de l’hygiène de vie et médication plus spécifique type antiagrégant plaquettaire.    

En fonction de leurs localisations, les symptômes peuvent être très variés :

  • Les sténoses des carotides,(artères vascularisant le cerveau) peuvent être responsables :
    - d’un Accident Ischémique Transitoire (AIT) ne laissant pas de séquelle, ou
    - d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) dont les conséquences sont souvent dramatiques ( hémiplégie, aphasie, trouble de la vision etc… )

Si le rétrécissement est supérieur à 70% l’indication opératoire est requise. Ici le gold standard reste l’endartériectomie qui consiste en l’ablation de la plaque d’athérome au mieux sous anesthésie locorégionale.

·       L’A.O.M.I. ou artériopathie oblitérante des membres inférieurs concerne toutes les artères depuis l’aorte jusqu’aux artères très périphériques du pied et des orteils. Elle est responsable d’un trouble de la marche, la claudication intermittente.

A des stades plus évolués on peut voir des douleurs de décubitus empêchant le sommeil, des lésions cutanées à type de nécrose ou une ischémie aigue. Dans cette pathologie le traitement est dans plus de 70% des cas endovasculaire (dilatation et/ou stenting) mais peut aussi faire appel à une endartériectomie ou un pontage (bypass).

·       Les anévrismes peuvent toucher tous les territoires artériels. Les plus fréquents se situent sur l’aorte abdominale sous rénale. Les signes cliniques sont souvent absents. L’anévrisme est découvert lors d’un examen paramédical.

Le traitement est chirurgical dès que le diamètre de l’anévrisme est supérieur à 50mm. En fonction du patient on choisit soit une chirurgie ouverte (mise à plat-greffe) soit la pose par voie trans fémorale d’une endoprothèse aortique.

La chirurgie veineuse

Elle concerne essentiellement les problèmes d'insuffisance veineuse superficielle chronique à l'origine des varices et de leurs complications. Maladie chronique la plus fréquente puisque touchant ¾ de la population après 65 ans.

En savoir plus sur la chirurgie veineuse

Autres domaines d'intervention

Le chirurgien vasculaire est sollicité dans le traitement des sténoses des artères rénales ou digestives, des thromboses veineuses profondes ou encore pour l’embolisation des varices pelviennes. Il réalise les fistules artério veineuses pour les dialyses.

Il peut prendre également en charge un syndrome du Défilé Thoraco Brachial, un syndrome du Ligament Arqué ou des troubles trophiques notamment du pied diabétique. Enfin, il peut intervenir lors d'opérations chirurgicales ou de traumatismes si des vaisseaux sont concernés. La chirurgie des lymphatiques est, elle, exceptionnelle. 

La variété des pathologies rencontrées et leurs diffusions font que cette spécialité requière une grande expertise et l’expérience de toutes les techniques classiques et endovasculaires. Elle nécessite un environnement médical complet, angiologue, radiologue, cardiologue, endocrinologue, pneumologue et bien sûr anesthésiste, ainsi qu'un plateau technique performant, AngioCT, AngioIRM, Cathlab, ampli et table carbone de dernière génération.

Médecins

  • Veuillez sélectionner une clinique de votre choix pour consulter la liste complète des médecins.

Contactez-nous