Pédiatrie

La pédiatrie est la spécialité médicale qui se consacre au bien-être physique, mental et émotionnel de l’enfant, de la naissance jusqu’à la puberté. Contrairement aux autres spécialités cliniques qui ne prennent en considération qu’un seul appareil, voire un seul organe, la pédiatrie couvre tout l’organisme de l’enfant, ainsi que son évolution. Cette considération permet de déduire une autre distinction importante qui caractérise cette spécialité par rapport à toutes les autres : le pédiatre est confronté à des structures corporelles qui se développent et se modifient continuellement. Les maladies infantiles sont très loin de représenter le seul champ d’étude de la discipline pédiatrique, car cette dernière s’occupe également de la biologie des développements normal et pathologique du nouveau-né et de l’enfant. On comprendra donc facilement que le rôle du pédiatre ne se limite pas à l’évaluation des bilans de santé, ou au diagnostic et au traitement d’éventuelles maladies, car il est l’un des rares spécialistes qui s’occupe plus de la santé que de la pathologie. Son activité se concentre sur les aspects fondamentaux d’une croissance correcte de l’enfant, tels que l’éducation à des comportements corrects en vue d’un développement sain, la prévention des maladies et des troubles, ainsi que le soutien aux parents quant à certains choix et/ou étapes fondamentaux dans les soins portés à leur enfant, tels que la durée de l’allaitement, le type de sevrage, l’éducation au sommeil ou les vaccinations.

Savoir si son propre enfant pousse bien est la question la plus fréquente posée par tout parent au pédiatre. Normalement, la maman ou le papa se demande si l’enfant a une stature et un poids corrects pour son âge, ou s’il grandit ou apprend à faire « quelque chose de nouveau » (saisir des objets, parler, marcher) à un « rythme approprié ».

Il ne fait aucun doute que les indices les plus faciles à mesurer dès la naissance pour l’évaluation de l’état de santé de l’enfant sont la stature et le poids, dont le contrôle reste toujours fondamental. Il est possible de distinguer deux différentes phases de la croissance pendant laquelle l’enfant atteint sa taille définitive, un poids approprié et l’augmentation des dimensions de tous les organes (à l’exception du tissu lymphatique, dont l’extension diminue avec le temps) : une phase de croissance rapide qui s’étend de la naissance à la fin de la deuxième année, puis une deuxième phase lors de laquelle la croissance est relativement constante d’une année à l’autre. Cette deuxième phase débute à l’âge de deux ans et termine à peu près au début de la puberté, c.-à-d. jusqu’au processus de maturation physique où l’enfant passe à l’âge adulte, soit lorsqu’il atteint la maturité sexuelle et la capacité de reproduction. Au cours de la puberté, une deuxième période de croissance a lieu, avec des modalités différentes pour les garçons et pour les filles.

Souvent, le développement de l’enfant est subdivisé en segments spécifiques qui, même s’ils se superposent de manière significative, se révèlent quand même utiles aux fins de l’investigation pédiatrique. Les principaux domaines du développement de l’enfant sont les suivants :

  • Le développement moteur, qui inclut la mobilité générale (se tenir assis, marcher, monter des escaliers) et la mobilité fine (saisir de petits objets, dessiner).
  • Le développement du langage, soit la compréhension du langage et la capacité successive à parler. Les retards dans le langage expressif ne sont généralement pas associés à d’autres retards du développement ; toutefois, il est important de contrôler tous les enfants dont le développement présente un retard excessif pour s’assurer qu’ils ne soient pas sujets à d’autres retards du développement. En outre, il importe que l’étude de tout retard débute par un contrôle de l’ouïe.
  • Le développement cognitif, c.-à-d. la maturation intellectuelle de l’enfant, qui est évaluée au cours des premières années principalement à travers l’observation du langage, de la curiosité, de la capacité de résoudre des problèmes, de comprendre la notion du temps et de se concentrer simultanément sur plus d’un aspect d’un événement ou d’une situation.
  • Le développement émotionnel et comportemental, qui est naturellement influencé par le caractère et la personnalité de l’enfant, et qui comprend l’expression de son sentiment par rapport au monde qui l’entoure et l’acquisition des aptitudes sociales et interrelationnelles.

Evidemment, il n’existe pas de moment bien défini au cours duquel tous les enfants doivent apprendre à marcher ou à tenir une petite cuillère en main, mais diverses études ont établi quelles sont les moyennes d’âge au cours desquelles certaines étapes spécifiques sont atteintes, ainsi que les intervalles de normalité. Le progrès dans le développement de l’enfant reste toutefois variable, comme dans les cas d’enfants qui se mettent à marcher tardivement, mais commencent à parler assez tôt par rapport aux autres enfants. De nombreux facteurs génétiques, psychologiques et environnementaux (par exemple : la nutrition ou les stimulations reçues), ainsi que l’impact d’éventuelles maladies influencent la variabilité des progrès de l’enfant dans divers domaines. Le développement est observé et évalué continuellement ; naturellement, le pédiatre est aidé dans cette tâche par les parents et par le personnel scolastique qui observent l’enfant au quotidien.

Médecins

  • Veuillez sélectionner une clinique de votre choix pour consulter la liste complète des médecins.

Pédiatre

  • Veuillez sélectionner une clinique de votre choix pour consulter la liste complète des médecins.

Contactez-nous