Prothèse de hanche

L’utilisation d’une prothèse de hanche est la méthode la plus efficace contre l’arthrose douloureuse de la hanche. Le recours à une hanche artificielle est envisagé lorsqu’aucun traitement conservateur n’est possible.

Les opérations de prothèse de hanche sont désormais des interventions de routine et elles permettent de rétablir la fonction de l’articulation.

Symptômes

Les troubles de la hanche sont fortement liés à l’âge et aux activités du quotidien. Ils surviennent lors de certains mouvements en lien avec des restrictions de la mobilité.

Chez les personnes âgées, les douleurs à la hanche sont dues à l’arthrose (usure du cartilage) dans l’articulation.

Causes

Le recours à la prothèse a lieu quand l’articulation de la hanche est tellement endommagée ou usée qu’un traitement conservateur n’est plus suffisant. Une forte usure de la hanche est le résultat d’altérations dégénératives, de maladies ou de lésions de l’articulation.

Traitements

Le traitement chirurgical prévoit de retirer la tête fémorale et une partie du col du fémur.

L’acétabulum d’origine est ensuite traité de manière à pouvoir intégrer un nouvel acétabulum artificiel. La tête de la prothèse est fixée à l’aide d’une tige artificielle et la nouvelle hanche est constituée.

Grâce aux méthodes avancées de chirurgie mini-invasive préservant les tissus, les muscles stabilisateurs sont simplement repoussés sur le côté et non sectionnés comme auparavant. La hanche artificielle est ainsi amenée par l’avant avec une mesure faiblement invasive. Une incision cutanée de huit centimètres environ suffit à installer la prothèse de hanche, sans léser les tissus.

L’opération dure jusqu’à deux heures et l’hospitalisation à la clinique est d’environ cinq jours.

Déroulement de l’opération de prothèse de hanche

  1. Présentation de l’articulation de la hanche : intervention mini-invasive lors de laquelle la hanche atteinte est mise au jour en préservant les tissus et la capsule articulaire est retirée.
  2. Ablation de la tête fémorale : séparation de la tête fémorale et du col du fémur usés à l’aide d’une scie.
  3. Préparation et remplacement de l’acétabulum : démarrage de la reconstruction de la nouvelle articulation artificielle. Préparation de l’acétabulum et libération du cotyle de l’ancien tissu capsulaire et cartilagineux. Ensuite, le nouvel acétabulum et l’inlay correspondant (remplacement du cartilage) sont installés.
  4. Préparation du fémur et pose de la tige : traitement de la cavité intérieure du fémur (cavité médullaire). Essai de positionnement de la hanche : vérification de la stabilité de la hanche à l’aide de pièces d’essai. Une fois que la stabilité est assurée, la pose de la nouvelle prothèse de hanche a lieu. Si la qualité osseuse ne permet pas d’opter pour un ancrage sans ciment, on procède alors au cimentage de la prothèse.
  5. Réduction (repositionnement) de la nouvelle hanche artificielle : Réduction de la hanche artificielle et rétablissement de la liaison mobile entre la tige et le cotyle.

Soins particuliers

Une fois l’opération terminée, l’hospitalisation à la clinique dure cinq jours supplémentaires.

La physiothérapie et l’apprentissage de la marche débutent le lendemain de l’opération. Durant les six premières semaines, il faut utiliser des béquilles pour soulager la hanche et ainsi préserver les tissus mous.

Une physiothérapie de plusieurs semaines débute à la sortie de la clinique. Elle comprend un entraînement de la mobilité et un renforcement musculaire.

FAQ

Quels sont les avantages de la méthode orientée sur les tissus mous ?

Comme cette technique ne lèse plus aucun muscle, les douleurs après l’opération sont nettement réduites. La perte sanguine reste également relativement faible, grâce à la procédure préservant les tissus. C’est pourquoi on peut désormais renoncer complètement à la constitution de la réserve de sang du patient, qui était requise auparavant.

Quelle est la structure d’une hanche ?

La hanche artificielle se compose de quatre éléments. Deux d’entre eux sont directement liés à l’os, à savoir l’acétabulum avec le bassin, et la tige à l’intérieur du fémur. La nouvelle tête fémorale et l’habillage de l’acétabulum - appelé inlay - forment le nouveau cartilage.

Quelle est la durée de vie d’une prothèse de hanche ?

Même si l’on souhaite que la nouvelle articulation dure une vie entière, il faut savoir qu’une hanche artificielle est toujours une solution limitée dans le temps. Cela peut être dû à l’usure du couple de frottement, surtout quand il s’agit de plastique ou de métal, mais aussi à la progression du processus de vieillissement naturel (ostéoporose) qui peut avoir un impact considérable sur la stabilité de l’articulation artificielle.

Jusqu’à présent, la durée de vie moyenne d’une prothèse de hanche était de 10 à 15 ans au minimum. La méthode visant à préserver les tissus et les matériaux aujourd’hui disponibles (tels que la céramique et la céramique comme couple de frottement) laissent à penser que la durée de vie d’une prothèse de hanche est nettement plus élevée maintenant. À condition bien entendu que des infections, des chutes avec fractures osseuses ou une progression rapide de l’ostéoporose n’endommagent pas prématurément la hanche artificielle.

Quels mouvements sont autorisés après une opération de la hanche ?

  • Hyperextension de la hanche opérée
  • Rotation externe de la jambe opérée
  • Croisement de la jambe opérée
  • Rotation du haut du corps vers le côté en bonne santé

Vidéos

<p>Les prothèses de genou et de hanche | Dr Nicolas Vial, Clinique Générale Ste-Anne</p>

Les prothèses de genou et de hanche | Dr Nicolas Vial, Clinique Générale Ste-Anne

Contacter la clinique la plus proche

Trouver un médecin

Nos spécialistes ont de nombreuses années d'expérience. Nous garantissons une évaluation et un diagnostique rapides et professionnels ainsi qu'un traitement selon les possibilités les plus modernes.